Documenter la lutte

 

Toutes les opérations de communication qui suivent, quel que soit le support utilisé, nécessiteront des photos ou des vidéos. On dit souvent qu’une bonne image vaut mieux qu’un long discours et nous rajouterons : un petit texte percutant vaut bien mieux que deux pages d’explication !

La photo

Trouvez la personne autour de vous qui a le meilleur appareil pour prendre des photos et celui ou celle qui saura s’en servir. Nous ne pourrons jamais trop vous rappeler qu’une photo floue, de travers, ou qui ne montre pas l’action dans son ensemble ne pourra pas être réutilisée et/ou partagée.

Avoir recours à un·e photographe pro, ce n’est pas du luxe. Plus les images sont belles, les portraits des personnes concernées, la présentation de la zone à défendre sous son meilleur jour, plus vous toucherez le cœur du public ! Beaucoup de photographes amateur·ices ou semi-pro seront heureux de mettre leurs compétences et leur matériel à profit bénévolement, n’hésitez pas à demander auprès de vos sympathisant·es, vous trouverez forcément quelqu’un·e pour ce rôle !

Enfin, pour chaque action, il est important d’anticiper dès le début les « photos recherchées”. Celles que vous pourrez faire circuler à la presse, avec votre crédit bien sûr, celles que vous pourrez diffuser sur les réseaux sociaux, etc…

Ce stock grossira, vous pourrez le réutiliser dans toutes vos communications, il est donc très précieux. Conservez-le avec soin, assurez-vous que vos photos sont stockées quelque part où vous pouvez les retrouver.

Si vous êtes au début de votre lutte, sans photos exploitables, il reste des sites de photos libres de droit que vous pouvez utiliser (mais ça n’aura vraiment pas le même effet)

La vidéo

Quand on sait que 80% du trafic internet est utilisé pour regarder de la vidéo… ça fait peur, ok, mais si on veut toucher un public large on ne peut pas faire l’économie de ce médium.

Comme pour la photo, un bon smartphone et une personne qui sait s’en servir peut faire l’affaire. Mais là encore, plus vous aurez quelqu’un de pro, qui connaît les techniques de vidéos pour les réseaux sociaux notamment, plus vous aurez de l’impact… Alors lancez des appels à vidéastes bénévoles !

Si vous êtes seul·es, voici quelques conseils pour tourner une bonne vidéo :

  • Pensez d’abord à la diffusion. Est-ce que c’est une vidéo d’infos, de teasing, d’émotion, etc… et où allez-vous la diffuser ? 

  • Pensez ensuite à la narration : à qui voulez-vous vous adresser avec cette vidéo, comment en faire une bonne histoire, quelles informations sont essentielles et dans quel but, … ? Le schéma narratif intro-contexte-problème-résolution est en général une bonne trame à tenir et permet de garder l’attention de votre audience. 

  • Construisez les différentes prises qui seront faites, ses différents plans. Surtout si vous avez le temps de préparer vos captations et que vous comptez saisir différents sujets dans la même prise.

Si la vidéo va sur les réseaux sociaux, suivez les instructions. C’est un peu fastidieux, mais pour qu’une vidéo soit un minimum virale, il faut la faire bien.

Les outils pratiques

Pour ce qui est du montage, voici quelques logiciels gratuits :

Si vous n’avez pas assez de rushs pour votre vidéo, voici quelques sites où vous pourrez trouver des vidéos libres de droit

Pour la musique libre de droit (très important)

Et si vous souhaitez réaliser une vidéo d’animation, pour expliquer votre projet par exemple, rendez-vous sur :

Les outils